Le diesel bientôt persona non grata ?

Ancienne station-service dans l'Illinois, États-Unis
Ancienne station-service dans l'Illinois, États-Unis

Ancienne station-service dans l'Illinois, États-Unis

Porté depuis des décennies par une fiscalité particulièrement avantageuse, le diesel s’est largement imposé en France, où il représente les deux tiers des ventes de véhicules particuliers neufs et déjà plus de la moitié du parc automobile. Mais depuis quelques mois souffle un vent mauvais sur ce carburant, de plus en plus ouvertement décrié pour son insidieuse pollution. Aujourd’hui encore favorisé par le système de bonus écologique, le diesel est-il sur le point d’être déclaré persona non grata ? L’idée fait en tous cas son chemin chez nos chers dirigeants…

L’information est passée inaperçue en France, mais les ministres belges de l’environnement on validé les conclusions d’un rapport officiel dénonçant « l’incidence néfaste du diesel sur la santé et l’environnement ». Si l’on en croit le quotidien d’Outre-Quiévrain Le Soir, « les avantages dont bénéficient ces véhicules devraient donc être revus » : rééquilibrage de la fiscalité du diesel face à l’essence, révision du système de bonus sur le CO2, aménagement de la fiscalité des véhicules de société, etc.

Vous allez me dire que tout va bien, puisque ceci ne concerne que nos amis Belges. Oui… mais non ! Même en France, patrie du diesel si cher au Jacques Calvet des Guignols de l’Info, la situation évolue : on parle désormais de ZAPA ! « Qu’est-ce donc que cet animal ? », aurait sans doute répliqué le Capitaine Haddock.

Les ZAPA, ce sont les Zones d’Action Prioritaires pour l’Air, issues d’une des mesures de la loi Grenelle II. Vous l’aurez compris, il s’agit d’améliorer la qualité de l’air, notamment dans les zones urbaines. La ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, s’en est expliquée, voyez plutôt :

« C’est un enjeu de santé publique : la pollution de l’air diminue l’espérance de vie de 9 mois pour chaque Français et l’exposition aux particules fines causerait 40 000 décès chaque année. Les zones d’actions prioritaires pour l’air, dites ZAPA, doivent permettre de renforcer la lutte contre la pollution atmosphérique et notamment de réduire les émissions de particules et d’oxydes d’azotes (NOx) »

Particules fines et oxydes d’azote, deux substances cancérogènes rejetées en abondance par les voitures diesel : CQFD !

Vous allez sans doute me répliquer que votre diesel à vous est doté du FAP, le fameux filtre à particules qui lave les diesel « plus blanc que blanc » © Coluche. Certes, mais d’une part l’efficacité du filtre à particules sur la durée de vie du véhicule reste à prouver (il a tendance à se colmater rapidement en usage urbain, perdant alors toute efficacité), d’autre part le FAP est totalement impuissant face aux oxydes d’azote (NOx). Pour filtrer ces derniers, il faut ajouter un autre dispositif à l’échappement : un piège à NOx. Un système coûteux, livré sur une poignée de modèles diesel en France (Mercedes Classe E Bluetec, Toyota dotées du système D-CAT…).

Alors, que risquez-vous avec votre voiture diesel ? Dans l’immédiat, pas grand-chose : l’expérimentation des ZAPA se limite pour l’instant à six communes ou communautés d’agglomération (Grand Lyon, Grenoble-Alpes Métropole, Clermont Communauté, Pays d’Aix, Plaine Commune et ville de Paris). Officiellement, l’accès de ces ZAPA pourra être « limité, voire interdit » aux véhicules les plus polluants. Reste pour nos édiles à s’accorder sur la définition d’un « véhicule polluant ». Certains veulent en profiter pour dire adieu aux 4X4 en ville (là encore, on attend la définition précise d’un 4X4…), d’autres veulent en finir avec les vapeurs de diesel. Tout ceci reste encore assez flou. Une chose est sûre : l’âge d’or du diesel est déjà derrière nous.

En attendant une hypothétique révision du barème du bonus/malus écologique afin de prendre en compte non seulement les émissions de CO2, mais également celles de particules et d’oxydes d’azote (pas avant 2013), les constructeurs ont déjà commencé à amorcer le virage vers l’essence. En commençant justement par les voitures urbaines, où le coût de dépollution d’un moteur diesel serait démesuré par rapport au tarif de l’auto. La nouvelle Nissan Micra ne proposera ainsi aucune motorisation diesel. Même PSA a abandonné le moteur diesel sur ses Peugeot 107 et Citroën C1. Et croyez-moi, ce n’est que le début !

Alors, êtes-vous prêt à (re)passer à l’essence ? L’avez-vous déjà fait ? 🙂

A propos Vincent Desmonts 89 Articles

Je suis journaliste automobile depuis plus de quinze ans, et collabore actuellement avec Auto Plus, Motorlegend.com, l’Auto-Journal, Sport Auto Classiques…

12 Commentaires

  1. Possédant une Passat Bluemotion, j’en profite pour te poser une question dont peut-être tu aura la réponse :

    Une voiture diesel récente et avec FAP consommant 4.5L/100km pollue-t-elle plus qu’une essence de même gamme consommant beaucoup plus (6L/100km ?) ?

    Cette question en amène en fait plusieurs autres avant de pouvoir y répondre :

    – combien faut-il de litres de pétrole pour faire 1L de diesel de pompe et 1L d’essence de pompe (en comptant donc les éthanols et autres additifs)

    – qu’entend-on par « pollue » ? En gros, vaut-il par exemple mieux rejeter 100 unités de CO2 et 10 de NOx, ou 50 unités de CO2 et 20 de NOx ? 😉

    Je pose la question sans parti prit, j’ai acheté une BM diesel sans vrament savoir qui pollue le plus ou le moins, vu que personne à ma connaissance s’est vraiment posé les questions ci-dessus.

    • Hello Charles !

      Alors, quand on parle polluants automobiles, il faut distinguer plusieurs choses :

      Le CO2 : ce n’est pas un polluant dans le sens où il est présent à l’état naturel dans l’atmosphère, mais c’est un gaz à effet de serre. Produit de combustion, il est directement facteur de la consommation, ce qui explique que les moteurs diesel en rejettent moins (30% à vue de nez).
      Les NOx et hydrocarbures imbrulés : le gros point noir des moteurs diesel, qui en « crachent » environ trois fois plus qu’un essence. C’est mieux avec un piège à NOx, mais c’est pas encore idéal.
      Les particules : là c’est simple, les diesel (même FAPés) en produisent, les essence, tellement peu que les instruments ne mesurent rien.

      Donc si l’on prend le cas de figure d’un « diesel-récent-avec-FAP », il rejettera moins de CO2 grâce à sa consommation inférieure, et contribuera donc moins à l’effet de serre. Mais par contre il produira une pollution locale à base de NOx et de particules fines aux « vertus » bien connues… Les diesel sont bannis des centre-ville de nombreuses cités japonaises, ce n’est pas un hasard 🙂

      Concernant la répartition des « coupes » de raffinage entre essence et diesel, cela dépendra de la raffinerie, de la compagnie pétrolière, du pays, etc… Suivant le contexte, l’opérateur favorisera l’extraction du diesel (en France notamment) ou celle de l’essence (aux États-Unis, par exemple). Difficile donc de sortir un chiffre précis. Mais d’après ce que j’en ai compris, diesel et essence sortent en proportions similaires.

      Enfin, poser la question de quel type de pollution est « acceptable » est une question de priorités : le CO2 n’est pas immédiatement nocif, mais il contribue au dérèglement climatique ; les NOx y sont étrangers mais provoquent des cancers à court ou moyen terme. L’idéal c’est sans doute d’utiliser son auto à bon escient, mais j’aurai l’occasion d’y revenir dans un futur billet 🙂

      • Tu sais, les japonais ne sont plus trop une référence pour moi 😉 C’est pareil, on dit qu’ils font super gaffe à ce qu’ils mangent : ah bon, ils mangent tous bio ?

        Sinon si les NOx et les particules fines polluent disons pendant 3 jours (puis sont rincées par la pluie par exemple) alors que le CO2 pollue à long terme (ça on le sait), alors je préfère rejeter moins de CO2. Tant pis pour le court terme, le long terme gagne.

        • Oui, on se console comme on peut 🙂

          Reste que NOx et particules fines ne mettent pas 3 jours à s’installer dans les poumons. Donc l’idéal, c’est de réduire les deux : substances cancérogènes ET dioxyde de carbone.

          Tiens, justement aujourd’hui je vais essayer une Passat 1.4 TSI BlueMotion 122 ch. Zéro particules, 3 fois moins de NOx qu’un diesel et… 138 g/km de CO2. Pas si mal non ?

          • Pas mal. Tu me la fait en coupé 5 places, et je te l’échange direct contre ma berline 🙂

          • Pff, tu m’aurais dit 4 places je t’aurais proposé le Scirocco équipé du même moulin, mais là t’es compliqué ! Encore un père de famille qui rêve de rouler en Mazda MX-5 !! 😛

  2. Ah, y’aura du nouveau aujourd’hui : Nathalie Kosciuzko-Morizet doit annoncer les critères des quatre catégories de véhicules qui auront accès – ou non – aux ZAPA (Dépêche AFP). Les voitures mises en circulation avant le 30 septembre 1997 sont sur la sellette. Bizarrement, cette date ne correspond à aucune norme antipollution européenne.

    Donc Charles, tout va bien : ils devraient te laisser tranquille avec ta Passat 😉

    • Yep je sais. Notre Passat date de 2008, tout va bien donc. Niveau émissions elle est Euro 4, ce qui est bien moins bien que Euro 5, mais les lobbies font tellement bien leur boulot que c’est comme pour le bâtiment, les normes mettent plus de 10 ans à êtres appliquées malheureusement…

  3. Petit article de l’ami Jean-Pierre Genet (que je salue au passage !) sur le site de L’argus. Y sont indiquées les différentes classes de véhicules pouvant être repoussés (ou non) aux portes des ZAPA. Pour les voitures particulières, cela se décompose comme suit :

    – Classe A: mises en circulation avant le 30 septembre 1997
    – Classe B: mises en circulation entre le 1er octobre 1997 et le 31 décembre 2000
    – Classe C: mises en circulation entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005
    – Classe D: première mise en circulation à partir du 1er janvier 2006

  4. l’état n’aura jamais le cran de changer la fiscalité du gasoil, donc ne vous en faite pas, ça ne risque pas de changer du jour au lendemain, l’avenir du diesel en France a encore de beaux jours.

1 Rétrolien / Ping

  1. Pollution : et si on trouvait de vraies solutions ? « Route ouverte

Répondre à Charles Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*