Tesla attaque Top Gear en justice

Tesla Roadster

Tesla RoadsterQuelques jours après mon billet sur la voiture électrique, un intéressant rebondissement vient de se produire. Le tabloïd anglais The Daily Mail annonce ce matin que le constructeur américain de voitures électriques Tesla intente une action en justice contre Top Gear, la plus célèbre émission automobile du monde !

En cause : un essai de la Tesla Roadster diffusé sur la BBC lors de l’émission du 14 décembre 2008, au cours duquel le présentateur vedette Jeremy Clarkson est épaté par les performances de l’auto… avant de tomber en « panne » d’électricité au bout de 88 kilomètres. Regardez la vidéo (en anglais, bien sûr !) :

http://www.youtube.com/watch?v=8DfHyGD7_pM

Selon Tesla, la scène de la panne est un montage, la voiture étant capable selon son constructeur de parcourir 320 kilomètres avec un « plein ». Le directeur des ventes et du marketing de Tesla serait ainsi « tombé » sur des scénarii de l’émission mettant en scène la panne, et écrits avant même que l’essai ne soit tourné. Pourquoi une réaction aussi tardive, presque deux ans et demi après la première diffusion du reportage ? Parce qu’il a été rediffusé et inclus dans des DVD depuis, sans modifications. Selon Tesla, Top Gear a « intentionnellement et grossièrement induit en erreur les acheteurs potentiels ». Pour le « Ferrari de la voiture verte », c’en est trop !

Mais au final, de quoi parle-t-on ? Est-il surprenant de découvrir que les somptueux essais de Top Gear, filmés comme des documentaires, sont scénarisés ? Pas vraiment. Surtout, faut-il s’étonner qu’une voiture électrique menée tambour battant sur un circuit vide ses batteries à la vitesse grand V ? À fortiori lorsqu’elle est pilotée par un Jeremy Clarkson pas réputé pour être un tendre avec la pédale d’accélérateur ? Non plus.

Bref, attendons le verdict judiciaire, mais il y a fort à parier que Tesla n’ait vu là qu’un bon moyen de « faire de la com' ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Mise à jour du 04/04/11 : Andy Wilman, producteur exécutif de Top Gear a posté sur son blog son point de vue sur l’affaire. Résumé en quatre points, cela donne :

  • Concernant l’autonomie de 88 kilomètres sur circuit : elle aurait été calculée par le staff de Tesla d’après les données de la télémétrie.
  • Concernant la surchauffe du moteur électrique : le commentaire du reportage ne mentionnait pas d’immobilisation totale du véhicule, contrairement aux accusations de Tesla, mais simplement le basculement dans un « mode dégradé » aux performances réduites.
  • Concernant la panne des freins :pour Tesla, il s’agissait simplement d’un fusible grillé. Pour le staff de Top Gear, peu importe : « Si cela arrivait à votre voiture, vous la porteriez immédiatement au garage » explique Andy Wilman. En clair, c’est une panne, point.
  • Enfin, concernant les accusations de scénarisation à l’avance :selon Andy Wilman, l’équipe de l’émission avait déjà essayé la Tesla avant le tournage afin de déjà se former une opinion, sachant que l’essayeur dispose toujours de la liberté de faire évoluer la tonalité de son essai au cours du tournage. Enfin, Wilman rappelle qu’en termes de sensations de conduite et de comportement routier, l’avis de Jeremy Clarkson était largement positif.

Suite et fin de l’affaire « Top Gear vs. Tesla Motors » au tribunal.

A propos Vincent Desmonts 88 Articles
Je suis journaliste automobile depuis plus de quinze ans, et collabore actuellement avec Auto Plus, Motorlegend.com, l'Auto-Journal, Sport Auto Classiques...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*