Bertone vend les bijoux de famille

Lancia Stratos HF Zero
Lancia Stratos HF Zero
Lancia Stratos HF Zero

Pour des raisons sur lesquelles je reviendrai probablement dans un futur billet, les carrossiers italiens connaissent des difficultés. Pour Bertone, en particulier, l’âge d’or des années 60 et 70 est aujourd’hui bien loin. Depuis la mort de Nuccio Bertone, c’est sa veuve Lilli qui gère la société, rachetée par le groupe Fiat en 2009.

Comme les temps sont durs, il faut dégager des liquidités. Et pour y parvenir, Bertone a carrément décidé de vendre les bijoux de famille, à savoir quelques-uns des plus spectaculaires et plus célèbres concept-cars produits par la firme au cours des cinquante dernières années !

Six prototypes seront vendus aux enchères lors du prochain concours d’élégance de Villa d’Este, le 21 mai prochain sur les rives du lac de Côme. Parmi ceux-ci, deux retiennent particulièrement l’attention, car ils ont leur place d’honneur dans tous les livres d’Histoire automobile.

Tout d’abord, à tout seigneur tout honneur : la Lancia Stratos HF Zero ! Ses lignes en coin restent aujourd’hui encore inégalées de mémoire de designer. Présentée au salon de Turin en 1970, elle est l’oeuvre de Marcello Gandini, à qui l’on devra plus tard les Lamborghini Countach ou… la Citroën BX ! La Stratos HF Zero affichait des dimensions hors-normes, avec une longueur très réduite (3,58 m) et une hauteur ultra basse. Sur les flancs, des vitres façon meurtrières mais pas de portières : on accède à l’habitacle par l’avant, grâce à une baie de pare-brise coulissant vers l’arrière ! Le concept-car rencontra un vif succès et donna son nom à la Lancia Stratos qui fit tant parler d’elle en rallyes. Après deux apparitions avec Michael Jackson (dans son film Moonwalker et dans le clip de Smooth Criminal), la Lancia Stratos HF Zero rejoignit le musée Bertone… qu’elle quittera donc bientôt. Estimation des experts pour ce monument du design automobile italien : de 1à 1,8 million d’euros !

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal

L’autre bijou de cette vente, c’est la Lamborghini Marzal. Prototype révélé en 1967 au salon de Genève, la Marzal annonçait le futur coupé 4 places de la gamme Lamborghini : l’Espada, qui sortira l’année d’après. Outre son capot très bas et sa calandre réduite à sa plus simple expression, la Marzal se distinguait surtout par ses portes latérales vitrées, comme dans un hélicoptère ! Des portières s’ouvrant façon papillon sur un habitacle tout de blanc vêtu, dominé par une étonnante planche de bord aux motifs « nid d’abeille ». Conduite par le Prince Rainier et la Princesse Grace en ouverture du Grand Prix de Monaco 1967, la Marzal est un pur concentré des sixties. J’adore ! Mais je ne suis apparemment pas le seul : là aussi, les estimations pour cette auto mythique vont de 1 à 1,8 million d’euros…

Et vous, quelle est votre Bertone préférée ?

A propos Vincent Desmonts 88 Articles
Je suis journaliste automobile depuis plus de quinze ans, et collabore actuellement avec Auto Plus, Motorlegend.com, l'Auto-Journal, Sport Auto Classiques...

3 Commentaires

  1. Je suis nostalgique. J’ai encore en tête Nuccio devant les grandes vitres du studio de design de Caprié, la pluie qui tombait droit du toit vers le sol gravillonné (pas de gouttière, c’était prévu comme ça et c’était beau la pluie à Caprié……). Nuccio Bertone qui avait toujours un mot sympa pour les journaleux : « j’aime bien votre magazin » (il disait magazin, pas magazine…) et qui nous laissait les clés de ses concept-cars avec une telle confiance. Avec Beppe, on partait au col de Suza et hop, un sujet en boîte. Qu’avez-vous fait Lilli, Marie-Jeanne et Barbara ? Qu’avez-vous fait ?! Ch.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*