Retour sur l’éco-conduite

Zen, restons zen...
Zen, restons zen...
Zen, restons zen...
Zen, restons zen…

Il y a quelques mois, j’avais consacré l’un des premiers posts de ce blog à un simulateur d’éco-conduite que j’avais essayé. Chaperonné par un instructeur issu du monde de la compétition, j’avais alors découvert une nouvelle manière d’appréhender mes déplacements en voiture. Depuis, je me suis astreint à adopter cette démarche d’éco-conduite. Pas seulement par conscience écologique ou pour des  raisons budgétaires, mais aussi parce que c’est encore la meilleure solution pour rester zen dans le trafic des grandes villes.

À priori, je n’ai pourtant pas le profil-type de l’éco-conducteur. Je suis encore assez jeune, dans cette tranche d’âge où l’on aime bien faire « vroum-vroum ». Je suis également propriétaire de ce qu’un écologiste appellerait sans doute une « machine à écraser des enfants et à cracher du CO2 » (pour la seconde partie, je plaide coupable : 215 g/km selon les données du constructeur !). Circonstance aggravante, j’exerce la profession de journaliste automobile, et suis donc un héraut de la bagnole, inféodé aux constructeurs de tous horizons. Bref : un irréductible pollueur.

L'objet du délit
L’objet du délit

Pourtant, j’ai fait évoluer mon style de conduite, en l’adaptant mieux aux conditions de roulage. Car s’il est vrai que l’on conduit parfois sur ce genre de route…

Pornographie routière : le col du Stelvio, en Italie (photo Wikipedia)
Pornographie routière : le col du Stelvio, en Italie (photo Wikipedia)

…la plupart du temps, le parcours quotidien de l’automobiliste moderne (plus de la moitié de l’humanité vit dans les grandes agglomérations) ressemble plutôt à ça :

Ça fait moins rêver, tout de suite...
Ça fait moins rêver, tout de suite…

Dans le premier cas, la voiture, c’est le panard. Dans le second, par contre, j’ai l’air un peu idiot avec mon six cylindres en ligne un rien gourmand et mes amortisseurs Bilstein qui permettent à mon séant de bien ressentir les plaques d’égout ! Dans ces conditions, jouer au grand-prix du feu rouge est rigolo cinq minutes, mais se révèle surtout usant pour les nerfs et pénalisant pour le budget carburant. Tiens, d’ailleurs, on en est où niveau prix à la pompe ? Ah oui, quand même…

L'essence, ça coûte un bras. Ou une jambe. Ou pire !
L’essence, ça coûte un bras. Ou une jambe. Ou pire !

Devant ce triste constat, certains capitulent et achètent un « déplaçoir » diesel ou hybride. Moi, j’ai préféré changer mes habitudes de conduite, c’est moins cher. Et ça marche : ma consommation moyenne est passée de 10,65 l/100 km à 8,96 l/100 km du jour au lendemain ! Ce sont presque 2 l/100 km d’économisés, qui compensent largement la hausse des prix de l’essence. Et vous savez quoi ? Je ne suis pas plus malheureux pour autant. Au contraire : je suis plus zen au volant, je m’énerve moins.

J’utilise également moins ma voiture à tort et à travers. En effet, à quoi bon prendre l’auto pour aller dans Paris, s’énerver dans les bouchons en cramant 12 l/100 km pour au final se faire racketter dans des parkings à 10 € de l’heure ? Non merci : j’ai (re)découvert les vertus des transports en commun, de la marche à pieds et des divertissements locaux. Et quand je prends mon auto, j’essaie d’éviter le gros des bouchons en utilisant la technologie d’aujourd’hui, comme l’application mobile Waze (sur laquelle je reviendrai sans doute dans un autre billet).

Waze : essayez, c'est pas mal !
Waze : essayez, c’est pas mal !

Au final, je préfère utiliser ces précieux litres d’essence économisés pour me faire plaisir sur des routes qui en valent vraiment la peine. Essayez vous aussi, vous verrez : ça change la vie !

A propos Vincent Desmonts 88 Articles
Je suis journaliste automobile depuis plus de quinze ans, et collabore actuellement avec Auto Plus, Motorlegend.com, l'Auto-Journal, Sport Auto Classiques...

3 Commentaires

    • Ça serait gênant, vu qu’elle n’a toujours pas le permis ! Non, j’ai appliqué les recettes que j’aborde dans le billet cité plus haut. Mais je pourrai y revenir et faire un mode d’emploi plus détaillé.

  1. en adoptant l’éco conduite ce sont des techniques simples à mettre en pratique.
    Une conduite plus cool un changement de rapports rapide à un régime moteur approprié.
    Un entretien régulier de son véhicule et divers techniques,
    Qui nous permette de réduire notre consommation de 20%.
    De réduire nos émissions polluantes et de réduire les accidents.

    Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*