En balade : Musée de Speyer

Musée de Speyer
Musée de Speyer
Musée de Speyer
Musée de Speyer

Le week-end dernier, j’ai eu la chance d’être invité par Audi France à suivre la première manche du DTM, le championnat allemand de voitures de tourisme, sur le circuit de Hockenheim (lisez mon billet à ce sujet). J’ai profité de l’occasion pour aller à quelques kilomètres de là, dans la ville de Speyer, pour visiter un musée qui m’attirait depuis un bon moment. Autant vous le dire : je n’ai pas regretté le détour ! Voitures, avions, bateaux, camions, trains miniatures, engins spatiaux et j’en passe, il y en a pour tous les goûts au Technik Museum Speyer. C’est le genre de musée qui réveille (et ravit) l’enfant qui sommeille en chacun de nous !

Si vous allez de temps en temps en Allemagne, vous l’aurez sans doute remarqué : nos voisins d’Outre-Rhin sont fascinés par la technique. Ce pays compte les meilleurs ingénieurs, fabrique les machines-outil les plus performantes et les voitures les plus réputées. La technique, sous toutes ses formes, est partout, depuis la place importante laissée à la formation professionnelle chez les jeunes jusqu’aux bâtiments d’architectes qui ne cachent rien de leur structure, en passant par… les musées !

Musée de Speyer
Musée de Speyer

Je me souviens encore de ma visite, alors tout jeune ado, du formidable Deutsches Museum de Munich, aux collections d’une incroyable richesse et à la scénographie très vivante. Plus tard, j’ai découvert le passionnant Auto & Technik Museum Sinsheim. La semaine dernière, j’ai donc ajouté à cette liste le Technik Museum Speyer. Il est situé dans la ville de Speyer, à 100 km au sud de Francfort et guère loin de la frontière française :


Agrandir le plan

Dès le parking du musée, un superbe Douglas DC3 d’Air France vous accueille…

Douglas DC3 d'Air France
Douglas DC3 d’Air France

Une fois les caisses franchies, vous voici dans un vaste hall rassemblant toute une collection de voitures, d’avions, de locomotives, de bateaux ou encore d’orgues limonaires et de machines agricoles de toutes époques. Un joyeux capharnaüm aux allures d’inventaire à la Prévert, où l’on passe joyeusement du coq à l’âne.

Musée de Speyer
Musée de Speyer

Au rayon voitures, on trouve bien évidemment des productions locales emblématiques, comme cette belle Mercedes 300 SL roadster…

Mercedes 300 SL roadster
Mercedes 300 SL roadster

On découvrira également une rarissime Maybach Zeppelin, fruit de l’éphémère collaboration entre Wilhelm Maybach et la firme de dirigeables Zeppelin. Cette « über-limousine » fut produite à quelques centaines d’exemplaires entre 1928 et 1934. Entre autres choses, elle inaugura notamment une boîte semi-automatique assez révolutionnaire pour l’époque.

Maybach Zeppelin
Maybach Zeppelin

Mais il n’y a pas que du « made in Germany » au musée de Speyer, loin s’en faut. Au détour d’une allée, vous pourrez ainsi tomber sur cette Citroën 11 CV, mieux connue sous le nom générique de Traction Avant…

Citroën Traction Avant
Citroën Traction Avant

…ou encore sur quelques Chevrolet Corvette de diverses époques. Rappelons que l’Allemagne accueille de nombreuses bases américaines sur son sol, ce qui a contribué à alimenter le marché local en voitures US.

Quelques Corvette : une C2 au premier plan, une C5 derrière et une C6 Z06 au fond.
Quelques Corvette : une C2 au premier plan, une C5 derrière et une C6 Z06 au fond.

Pour le reste, le grand hall accueille également un Junkers Ju-52, avion allemand emblématique des années 30 à 50, qui rentre ici tellement au chausse-pied qu’il a hélas été amputé de son aile droite.

Junkers Ju-52
Junkers Ju-52

Du côté des autres engins motorisés, on trouve bon nombre de véhicules de pompiers, de la plus rudimentaire pompe à eau au gigantesque camion destiné aux aéroports.

Allô, les pompiers ?
Allô, les pompiers ?

On trouve également un… bus parisien ! Ce modèle Renault rappellera des souvenirs à certains…

Au musée de Speyer, on trouve même un autobus parisien !
Au musée de Speyer, on trouve même un autobus parisien !

Enfin, un escalier mène vers un lieu enchanté, qui ravira les petits et grands enfants : l’espace dédié aux trains miniatures ! La maquette ci-dessous mesure une quinzaine de mètres de long pour 5 mètres de large ! Glissez une pièce, et les trains s’animeront. Génial 🙂

Je veux le même à Noël !!
Je veux le même à Noël !!

Mais ce premier hall ne représente qu’à peu près un tiers de l’exposition. Pour la suite, il faut sortir… et se retrouver nez à nez avec ça :

Boeing 747-200 Lufthansa
Boeing 747-200 Lufthansa

Les amateurs auront reconnu un Boeing 747-200, reconnaissable à son pont supérieur à 10 hublots. Bien sûr, il est possible de monter à bord pour visiter le cockpit ou les soutes. Et pour ceux qui auraient la flemme de redescendre par l’escalier, il y a un… toboggan (que, n’écoutant que mon courage qui ne me disait rien, je n’ai pas essayé !).

À quelques pas se trouve un étonnant Antonov 22, colosse ukrainien lancé dans les années 60, et qui reste aujourd’hui le plus gros avion à turbopropulseurs du monde.

L'impressionnant Antonov-22
L’impressionnant Antonov-22

Il est possible de monter à bord pour apprécier l’énorme volume de la soute (33 mètres de long et 639 m3 si j’en crois Wikipedia). Par contraste, la partie avant réservée à l’équipage (5 à 8 personnes, dont un mécanicien et un navigant) apparaît minuscule. Comme c’était par ailleurs la seule zone de l’avion réellement pressurisée, elle est séparée de la soute par d’imposantes portes blindées.

On pourrait jouer au foot là dedans ! (soute de l'Atonov-22)
On pourrait jouer au foot là dedans ! (soute de l’Atonov-22)

Le musée de Speyer possède également d’autres avions, ainsi qu’un sous-marin et divers bateaux, la plupart de ces véhicules pouvant se visiter. Il y a également un hall dédié à l’astronautique, qui accueille notamment un exemplaire de la navette spatiale soviétique Bourane. Hélas, faute de temps, je n’ai pu le voir 🙁

La navette spatiale Bourane au musée de Speyer (photo CC Flickr/mpieracci)
La navette spatiale Bourane au musée de Speyer (photo CC Flickr/mpieracci)

Autant dire que vu la richesse et la variété des collections, une demi-journée n’est pas de trop pour bien apprécier le musée de Speyer. L’idéal étant de profiter du déplacement pour visiter également son musée-frère, à Sinsheim (à 40 km de là), le seul au monde à posséder les deux avions de ligne supersoniques : le Concorde et le Tupolev Tu-144.

Les Concorde et Tupolev Tu-144 du musée de Sinsheim (photo CC Flickr/pilot_micha)
Les Concorde et Tupolev Tu-144 du musée de Sinsheim (photo CC Flickr/pilot_micha)

Et pendant que vous êtes dans le coin, faites halte dans le charmant village de Wiesloch. Une bourgade au centre-ville médiéval, qui peut s’enorgueillir de posséder la plus ancienne station-service au monde :

La Stadt Apotheke de Wiesloch.
La Stadt Apotheke de Wiesloch.

Oui, je sais, c’est une « Apotheke », une pharmacie quoi. Mais en août 1888, c’est là que Bertha Benz, épouse de Carl Benz, s’arrêtera pour refaire le plein de la voiture de son mari, qu’elle emprunta à l’insu de ce dernier pour une grande expédition qui restera dans l’histoire comme le premier grand voyage en automobile (quelques 200 km en deux jours !). Une plaque en bronze et une statue rappellent l’exploit de Bertha Benz, accompagnée de ses deux fils.

Une statue a été érigée en hommage à Bertha Benz.
Une statue a été érigée en hommage à Bertha Benz.

Voilà. Et une fois que vous aurez fait tout ça, n’oubliez pas de visiter la superbe ville de Heidelberg. Mais ça, c’est une autre histoire…!

Heidelberg.
Heidelberg.
A propos Vincent Desmonts 88 Articles
Je suis journaliste automobile depuis plus de quinze ans, et collabore actuellement avec Auto Plus, Motorlegend.com, l'Auto-Journal, Sport Auto Classiques...

1 Rétrolien / Ping

  1. Le DTM expliqué à mon voisin « Route ouverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*